One Planet Summit, le secteur privé s’engage lors du Sommet climat

One Planet Summit, le secteur privé s’engage lors du Sommet climat

Le 12 décembre dernier, près de 4 000 personnes dont une cinquantaine de chefs d’Etats étaient réunies à la Seine Musicale à Boulogne-Billancourt, à l’initiative de la présidence de la République française, des Nations unies et de la Banque mondiale. Retour sur cette journée et les événements parallèles ayant ponctués cette semaine.

11 décembre - 91 entreprises françaises signent le French business climate pledge

Le 11 décembre, s’est tenue une conférence intitulée « Territoires, Entreprises, Opérateurs Financiers : des solutions concrètes pour le climat » organisée par le MEDEF en partenariat avec le Global Compact France, MEDEF International, l'AFEP, CCI France, C3D, EDC, EpE, Paris Europlace. Réunissant maires, politiques, dirigeants d'entreprises et du monde financier et acteurs de la société civile, les tables-rondes ont permis d’évoquer les enjeux des villes et territoires, les besoins d'investissement, l'apport du secteur privé et le rôle du financement en matière de climat.

Plusieurs de nos membres y sont ainsi intervenus : Pierre-André de Chalendar - PDG de Saint-Gobain et coordinateur de la Business Alliance for Building and Construction, Amélia Tiscornia - DG opérationelle de Scoping, Jean-Pascal Tricoire - PDG de Schneider Electric et Président du Global Compact France, Jean-Louis Chaussade - DG de Suez et coordinateur de la Business Alliance for Water and Climate, Denis Duverne - président du conseil d’administration d'AXA, Isabelle Kocher - DG déléguée d’Engie et présidente de Terrawatt Initiative, Frédéric Oudéa - DG de la Société Générale.

© Global Compact France

Pascal Canfin, Directeur général de WWF France a annoncé que plus de 300 entreprises avaient rejoint l’initiative Science Based Targets (iSBT) et que près de 900 comptaient la rejoindre et aligner ainsi la réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) en lien avec les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat. Pour rappel, l'iSBT est une initiative du Global Compact des Nations unies, de WWF, du CDP, et de WRI. La France est le quatrième pays comptant le plus d'entreprises engagées ; 26 y prennent ainsi part.

Lors de cette matinée, 50 PDG se sont rassemblés en présence du ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, lors d'une conférence de presse pour annoncer que 91 entreprises françaises (grandes entreprises et PME) avaient signé le French business climate pledge, représentant 6 millions d’emplois directs et 1 500 milliards de chiffre d’affaires ou de produits nets bancaires. Elles s’engagent à mobiliser 320 milliards d’euros pour le climat d’ici 2020 sous forme de financement, recherche et développement (R&D) et d'innovation.  

© MEDEF

Bravo à nos membres pour leurs engagements : Aéroports de Paris, Alstom, Arkema, Armor, Auchan, AXA, Groupe Bel, BNP Paribas, Bouygues, Carrefour, CETUP, Crédit Agricole, Derichebourg, EDF, Elior Group, Enedis, ENGIE, EUROSTAR Engineering Plastics, GSE, HOROQUARTZ, JCDecaux, Kering, Groupe La Poste, L’Oréal, LVMH, Michelin, Nexans, Pernod Ricard, Plastic Omnium, Publicis Groupe, Rémy Cointreau, Renault, Saint-Gobain, Sanofi, SCARA, Schneider Electric, SNCF, Société Générale, SUEZ, Sunna Design,  Thales, Total, Vallourec, Veolia, VINCI.

 Voir les engagements et signataires

Retrouvez l’interview de notre Président et PDG de Schneider Electric, Jean-Pascal Tricoire, au Monde à cette occasion. Extraits:

Les entreprises sont-elles mieux armées que les Etats face au changement climatique ?
Elles ont les ressources technologiques, humaines et financières pour fournir les solutions les plus innovantes. Dans le cadre de l’initiative « Les entreprises françaises s’engagent pour le climat » présentée ce lundi, quatre-vingt-onze d’entre elles (1 500 milliards d’euros de chiffre d’affaires) ont pris des engagements très concrets pour changer de cap et réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de plusieurs milliards de tonnes dans l’énergie, les transports, le bâtiment, l’agriculture. Soixante se sont engagées à rejeter moins de CO2, dont Schneider, qui veut atteindre la neutralité carbone en 2030 ; vingt-sept ont fixé un prix interne du carbone ; quarante-deux s’engagent dans les science-based targets, ce qui signifie que leurs décisions devront être compatibles avec l’objectif de hausse maximale de 2 degrés de la température du globe ; trente-quatre se plient au reporting du risque climat sur leur activité.

Du côté des villes, les engagements étaient également tangibles, avec notamment :

  • Plan Global Urbis (Commission Européenne, BERD - Banque Européenne pour la reconstruction et le développement, BEI – Banque européenne d’investissement, et Global Covenant of Mayors) qui vise à faciliter l’accès des villes à des financements soutenant leurs plans climats à hauteur de 1,5 milliard d’euros ou le prêt de 4,5 milliards de dollars sur 3 ans de la Banque Mondiale à 150 villes pour impulser leurs politiques en faveur du climat.
  • Plusieurs représentants de villes et de régions américaines étaient également au rendez-vous pour présenter leurs actions et leur volonté de s’inscrire dans les objectifs de l’Accord de Paris, en opposition au retrait des Etats-Unis, et en écho avec des initiatives comme l’ONG R20 d’Arnold Schwarzenegger.

12 décembre - One Planet Summit

Le Global Compact France était présent lors de ce Sommet réunissant près de 4 000 personnes dont une cinquantaine de chefs d’Etats. 

La matinée du Sommet était consacrée aux tables-rondes réunissant membres de la société civile, entreprises, instituions et villes. Plusieurs annonces importantes à noter, notamment :

  • Thomas Buberl, directeur général d'Axa a annoncé sa volonté de quadrupler ses investissements verts, à hauteur de 12 milliards d’euros en 2020 et d'atteindre plus de 3 milliards d’euros de désinvestissements supplémentaires dans le charbon et les sables bitumineux.
  • La Commission européenne a dévoilé "Dix initiatives en faveur d’une économie moderne et propre".
  • Une coalition de 225 investisseurs, ont lancé l'initiative "Climate action 100 +" visant à accompagner 100 entreprises dans la mise en place de stratégies de baisse de leurs émissions de GES et d'un reporting transparent sur le climat. 
  • 237 entreprises déclarent soutenir les recommandations de la TCFD (Task Force on Climate-related Financial Disclosures) sur le reporting climatique. Cette initiative est portée par Michael Bloomberg et Mark Carney (Gouverneur de la Banque d’Angleterre).

L’après-midi, les 55 Chefs d’États étaient réunis autour d’Emmanuel Macron, président de la République françaiseAntónio Guterres, Secrétaire générale des Nations unies et Jim Yong Kim, président du groupe Banque Mondiale.

© Global Compact France

Plusieurs annonces ont également été prises notamment :

  • Jim Yong Kim, président du groupe Banque mondiale, a annoncé la fin du financement des activités en amont du secteur pétrolier et gazier après 2019. (Le financement d’activités en amont du secteur gazier sera exceptionnellement envisagé dans les pays les plus pauvres lorsqu’il favorise indéniablement l’accès à l’énergie des pauvres et lorsque le projet est conforme aux engagements du pays au titre de l’Accord de Paris.). 
  • Une déclaration sur la neutralité climatique portée par 14 pays et 32 villes dans le monde a été évoquée.
  • Nicolas Hulot, Ministre de la Transition Écologique et Solidaire a fait part de la volonté, aux côtés de ses homologues d'Allemagne, du Royaume-Uni, des Pays-Bas et de Suède d'examiner la mise en place d’un prix du carbone significatif.
  • La Banque de France a annoncé la création d’un réseau de superviseurs et de banques centrales pour le verdissement du système financier.
  • Enfin, le président de la République Emmanuel Macron a lancé la création de la "One Planet coalition", et du site web éponyme qui sera lancé fin 2017 afin de suivre la réalisation des engagements des acteurs (États, entreprises, collectivités, etc.). Il a également émis le souhait d’une rencontre annuelle sur le même format.

À retenir : au total 12 engagements internationaux pour le climat (Climacts) ont été pris lors du One Planet Summit, en matière de prix du carbone, reporting climat, financement par les banques de développement, villes, préservation des ressources, etc. Retrouvez ici le décryptage de Novethic

 Retour sur cette semaine en tweets

Retour aux articles
Publié le 18 Déc. 2017