Retour sur la conférence I Les ODD : nouveau cadre d'engagement, nouvel enjeu de développement économique des entreprises ?

Retour sur la conférence I Les ODD : nouveau cadre d'engagement, nouvel enjeu de développement économique des entreprises ?

Les 14 et 15 mars derniers se tenait la dixième édition du salon Produrable au Palais des Congrès de Paris. Ce fut l’occasion pour le Global Compact France de donner rendez-vous à ses membres et de mettre les Objectifs de Développement Durable (ODD) des Nations Unies à l’honneur lors d’un atelier interactif intitulé « ODD : kit de démarrage à destination des PME » et lors de la plénière de clôture. Deux formats pour un seul objectif : faire en sorte que les entreprises s’approprient les ODD et s’impliquent dans leur réalisation.

Plaçant le salon sous le signe de l’Agenda 2030, la plénière de clôture avait pour thème « Les ODD : nouveau cadre d'engagement, nouvel enjeu de développement économique des entreprises ? ». Animée par Sylvain Boucherand (Co-fondateur et gérant de B&L évolution), 5 intervenants y ont partagé leurs convictions et réalisations : Christine Bargain (Responsable RSE du Groupe La Poste), Charlotte Frérot (Secrétaire Générale du Global Compact France), Nathalie Jaubert (Responsable adjointe RSE chez BNP Paribas), Vaia Tuuhia (Déléguée générale de l’Association 4D) et Gerwald Van Der Gijp (Directeur de la Business Unit Armor Office Printing Corporate chez Armor).

LA TABLE RONDE

  • Quelle est votre vision des ODD ? En quoi est-ce un relais pour la RSE ? En quoi les ODD sont transformateurs pour les entreprises ?

Charlotte Frérot – Global Compact France : Suite à plusieurs années de consultation avec l’ensemble des parties prenantes – pays membres, collectivités territoriales, secteur privé et société civile –, 193 chefs d’État se sont accordés sur une feuille de route commune lors du Sommet des Nations Unies de septembre 2015. Cette dernière se décline en 17 Objectifs de Développement Durable (ODD), comprenant 169 cibles ou « sous-objectifs». Cette feuille de route universelle et multiacteur à horizon 2030 ambitionne ainsi de transformer nos sociétés en éradiquant la pauvreté et en assurant une transition juste vers un développement durable. Selon Charlotte Frérot, cet agenda va influencer l’ensemble des institutions internationales, et chaque pays doit se doter d’un plan national. Tous types d’acteurs sont appelés à jouer un rôle pour contribuer à son succès, et ainsi rester en phase avec les attentes de la société à leur égard.

De par ses 10 principes universellement reconnus, le Global Compact initie et structure l'engagement des entreprises ; c’est ce socle d’engagement qui les amène à réduire leurs impacts négatifs. L’entreprise peut ensuite se poser la question de l’alignement de son cœur de métier sur un ou plusieurs ODD, et ainsi de sa contribution positive à la société. Les ODD poussent les entreprises à se poser de nouvelles questions, et à sortir des thèmes RSE « classiques ». Cet agenda universel leur permet également de nouer des partenariats, permettant de trouver des solutions à des questions complexes. Les ODD offrent l’occasion de construire un projet d’avenir commun partagé par l’ensemble des collaborateurs.

Nathalie Jaubert – BNP Paribas: Selon Nathalie Jaubert, les ODD ne constituent pas une stratégie de responsabilité sociétale à proprement parler, mais un langage commun facilitant les échanges avec les parties prenantes. Elle a souligné les liens intrinsèques entre les différentes thématiques des 17 ODD, qui s’inscrivent dans une démarche véritablement transversale pour rompre avec une logique de cloisonnement. Une entreprise a la possibilité d’identifier les ODD qu’elle considère prioritaires dans sa stratégie. C’est l’option adoptée par BNP Paribas, qui a commencé par identifier et favoriser les financements qui contribuaient aux ODD.

Christine Bargain – Groupe La Poste: Les ODD traduisent la vision positive du monde tel que l’on aimerait le voir en 2030 et complètent le cadre de partage avec les parties prenantes. Leur objectif n’est pas de se substituer mais de venir en complément de l'ISO 26000 et de la GRI. C’est dans cette perspective que les ODD ont été intégrés à la stratégie du groupe La Poste en lien avec la matrice de matérialité. Cette projection à horizon 2030 nous éclaire ainsi sur le futur et constitue un outil pertinent pour structurer ses engagements.

Gerwald van der Gijp – Armor: Selon Gerwald van der Gijp, les ODD constituent un outil précieux pour les entreprises. Armor a placé le développement durable au cœur de sa stratégie, et a choisi de concentrer son action sur les 10 ODD les plus pertinents pour son secteur d’activité. Cette stratégie comprend 5 grands axes de développement : encourager l’économie circulaire, favoriser les énergies renouvelables, instaurer une traçabilité responsable, améliorer les relations entre collaborateurs et promouvoir la solidarité internationale. Gerwald van der Gijp a insisté sur l’importance de chaque contribution aux ODD. Aujourd’hui, ce ne sont encore que 20 % des cartouches qui sont recyclées dans le monde.

Vaia Tuuhia – Association 4D : Les ODD portent un message fort puisqu’ils traduisent une vision du monde idéal partagée par 193 chefs d’État et de gouvernement. Toutefois, il faut constater qu’il est encore difficile de parler de certains de ces objectifs sur le terrain. Il est ainsi primordial de donner une réalité concrète aux ODD, d’inscrire cette feuille de route dans nos quotidiens. Les ODD constituent finalement une bouffée d’optimisme, un projet sociétal bien plus large que la RSE.

  •  Quelles opportunités représentent les ODD pour votre activité et quelle stratégie allez-vous mettre en œuvre ? 

Charlotte Frérot – Global Compact France : Le Global Compact France œuvre à mobiliser le réseau d’entreprises françaises autour de ces objectifs, à traduire les ODD en enjeux business et à aider les entreprises à identifier leurs priorités. Un véritable travail de pédagogie est nécessaire autour des ODD. Le Global Compact France met pour cela des outils pratiques à disposition des entreprises, tels que la traduction du SDG Compass et le Guide ODD, guide pratique de mise en œuvre des ODD à destination de l’ensemble du tissu entrepreneurial français. Le Tour de France PME a également été mis en place afin d’aller à la rencontre des dirigeants de PME en région et de lancer un mouvement national en faveur des ODD. Le Global Compact France a également créé Global Impact+, plateforme d’actions en ligne permettant le partage des bonnes pratiques et encourageant les nouvelles actions en faveur des ODD. La France doit pouvoir montrer son leadership sur le sujet.

Christine Bargain – Groupe La Poste : Selon Christine Bargain, les ODD représentent une occasion de repenser les opportunités business et d’identifier ses priorités pour un développement durable. C’est également une manière de donner un “supplément d’âme” à la stratégie RSE de La Poste, confortant son implication dans la transition énergétique et sociale sur les territoires. Le soutien de 193 chefs d’États et de gouvernement contribue à donner de la crédibilité à cette vision du monde qui pourrait paraitre quelque peu utopique.

Gerwald van der Gijp – Armor: Il est important que les ODD s’insèrent dans la stratégie de l’entreprise afin d’assurer une certaine continuité. Les entreprises sont des acteurs indispensables à la réalisation des ODD, et contribuent efficacement à ces derniers en puisant dans leur savoir-faire.

Nathalie Jaubert – BNP Paribas: La stratégie de BNP Paribas a été de se concentrer sur les ODD les plus pertinents pour l’activité d’une banque commerciale. Elle a par exemple pour objectif de doubler les financements alloués aux projets relatifs aux énergies renouvelables entre 2015 et 2020. BNP Paribas participe également à un projet d’infrastructure autour de la ville durable. Nathalie Jaubert a insisté sur l’importance de l’action du secteur privé comme véritable levier pour la réalisation des ODD.

Vaia Tuuhia – Association 4D : L’Association 4D, think tank citoyen pour la transition vers un développement durable œuvre à rendre les problématiques de développement durable les plus audibles et concrètes possible. Le projet OurLife21 s’inscrit dans cette démarche. Permettant de simuler le quotidien d’individus dans un monde futur maitrisant ses impacts environnementaux. OurLife21 vise à raconter des vies pour permettre les réalisations et faire des ODD une réalité concrète. 

  • Comment convaincre votre chaîne de valeur de se mobiliser pour cet agenda international ?

Charlotte Frérot – Global Compact France : Pour l’ancien Secrétaire général de l’ONU Ban Ki Moon « Atteindre les ODD demandera une coopération sans précédent, une innovation radicale et un leadership extraordinaire. Cela exigera de chacun de nous d’être un pionnier, dans un nouveau territoire. Cela signifie prendre ses responsabilités, personnelles et collectives, sur la manière dont nous faisons des affaires, avec qui nous choisissons de travailler ou de nous associer. Cela signifie faire le point sur nos décisions en tant que consommateur ou investisseur, lever la voix et prendre position lorsque c'est nécessaire. Le Global Compact est le forum idéal pour cela ». Ainsi, la question des chaînes de valeur mondiales est au cœur de la RSE et des ODD et les ODD peuvent être un langage commun pour les partenaires commerciaux.

Gerwald Van Der Gijp – Armor : Toutes les filiales d’Armor sont engagées dans cette stratégie de responsabilité sociétale. L’entreprise a mis l’accent sur l’économie circulaire, notamment via le recyclage des cartouches.

Nathalie Jaubert – BNP Paribas: Selon Nathalie Jaubert, il est important de trouver un langage commun pour communiquer avec les parties prenantes. L’action de BNP Paribas à ce niveau concerne surtout la favorisation des acteurs ou des projets qui contribuent aux ODD.

Christine Bargain – Groupe La Poste : La Poste a été un pionnier en France en ce qui concerne le transport électrique. L’investissement du groupe dans ce type de véhicule a permis un important développement de l’offre et a favorisé les innovations. Christine Bargain a souligné l’important travail qu’il restait à faire pour développer cette nouvelle offre. 

Vaia Tuuhia – Association 4D : Il faut aujourd’hui continuer le travail de pédagogie pour convaincre et avancer au niveau national. La mobilisation doit se poursuivre pour la COP23, qui sera le prochain évènement international.

  •  Quels conseils pour les entreprises qui sont dans la salle ?

Charlotte Frérot – Global Compact France : Les ODD ne sont pas un une nouvelle contrainte à respecter mais offrent de multiples opportunités pour les entreprises engagées, notamment des leviers de collaboration et de co-construction de business modèles durable. N’hésitez pas à contacter nos équipes pour en savoir plus, et postez vos actions sur Global Impact+ !

                                         RETOUR EN TWEETS SUR LA CONFÉRENCE...   ... et en images

                                                                              consulter le compte-rendu

Le Global Compact France et B&L évolution remercient tous les intervenants et participants, ainsi que les organisateurs de la 10ème édition du salon Produrable.

Retour aux articles
Publié le 30 Mars 2017