Foire aux questions

Foire aux questions

Comment rejoindre le Global Compact en tant qu'entreprise ?

Pour participer au Global Compact des Nations Unies, une entreprise doit :

  • Envoyer une lettre au Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon afin d’exprimer son soutien au Global Compact et à ses principes (modèle ici) ;
  • Prendre des mesures pour modifier son fonctionnement, de façon à intégrer le Global Compact et ses principes à sa stratégie, sa culture et à ses activités quotidiennes;
  • Faire publiquement campagne en faveur du Global Compact et de ses principes en ayant recours à des moyens de communication tels que communiqués de presse, discours, etc. ;
  • Décrire dans un document existant ou spécifique (Communication sur le progrès) comment elle soutient le Global Compact et ses principes.

Le réseau local français accompagne les entreprises dans l'intégration des ces principes. Les entreprises ont la possibilité de participer à de nombreux programmes ou initiatives organisées par le Global Compact.

Comment les organisations à but non lucratif peuvent-elles s’impliquer ?

En tant que partenaires et importantes parties prenantes, la société civile peut participer au travers de mécanismes d’engagement du Global Compact, tels que la concertation sur les politiques, l’apprentissage, les réseaux décentralisés et les projets de partenariat. Dans ces domaines, de telles organisations ont un rôle crucial à jouer pour encourager les partenariats et produire de bons résultats. Elles sont par ailleurs encouragées à participer à la revue des COP des entreprises.
Les organisations à but non lucratif sont également encouragées à respecter les 10 principes et à partager les progrès effectués au sein de leur structure, dans le cadre de la "Communication sur l'Engagement" (COE).

Le Global Compact est-il juridiquement contraignant ?

Non. Global Compact est une initiative exclusivement volontaire. Il ne contrôle ni n’impose une quelconque conduite ou activités aux entreprises. Il est plutôt destiné à stimuler les changements, promouvoir les responsabilités civiques et encourager les solutions innovatrices et les partenariats. Le Global Compact est une plateforme pour la transparence et une démarche de progrès.

En tant que plateforme d'engagement volontaire, comment le Global Compact peut-il s'assurer qu'une entreprise rend véritablement compte de ses actions ?

Le Global Compact n’est pas un instrument de performance ou d'évaluation. Il ne délivre pas de certificat et ne juge pas les performances. Il s’appuie plutôt sur la responsabilité à l’égard du public, la transparence et l’intérêt à long terme des entreprises, du monde du travail et de la société civile pour lancer des actions concrètes et conjointes en appliquant les principes énoncés dans le Global Compact.

Les entreprises doivent chaque année publier sur le site du Global Compact de l'ONU description des façons dont elles soutiennent le Global Compact et ses 10 principes, la « Communication sur le progrès ». Le Global Compact est convaincu que l’ouverture et la transparence encouragent les participants à progresser et avancer.

Existe-t-il un risque que des entreprises qui utilisent le logo des Nations Unies et leur affiliation au Global Compact camouflent leurs opérations qui seraient en réalité néfastes pour la société ?

Le Global Compact a développé son propre logo, qui est fréquemment utilisé dans les documents et publications officiels. L’utilisation de l’image du Global Compact est strictement réglementée et les mêmes restrictions que celles du logo des Nations Unies s’appliquent à son utilisation.

De plus, à la lumière des recommandations faites par le Groupe de travail du Conseil consultatif du Secrétaire général, celui-ci a adopté un ensemble de mesures d’intégrité pour protéger l’initiative et pour éviter d’éventuels abus. Ces mesures obligent également les participants entreprises à communiquer, au moins annuellement, à leurs dépositaires et au public en général, les progrès accomplis dans l’application des principes dans le cadre de leurs propres opérations et activités. Les participants qui ne soumettent pas une telle description dans les deux ans qui suivent leur adhésion au Global Compact seront retirés de la liste des participants jusqu’à ce qu’une description ait été soumise. La transparence offerte par la plateforme internet du Global Compact offre ainsi un gage d'engagement dans la démarche de progrès.

Le Global Compact est-il un substitut aux approches régulatrices existantes ?

Absolument pas. Le Global Compact vient s'ajouter aux autres initiatives volontaires et approches régulatrices qui mettent en place un cadre pour les entreprises dans le domaine des droits de l’homme, des normes internationales du travail, de l’environnement et de la lutte contre la corruption. Le Global Compact est une initiative exclusivement volontaire destinée à promouvoir l’innovation et la responsabilité civique. Beaucoup de standards existants soutiennent les principes du Global Compact et sont donc compatibles dans l’ensemble avec leurs objectifs.

Quel est l’intérêt pour une entreprise qui a déjà établi ses propres codes de conduite de participer au Global Compact ?

Les codes de conduite des sociétés sont extrêmement importants, et de nombreuses entreprises sont citées en exemple pour avoir effectué des changements positifs dans leur développement et leur mise en place. Le Global Compact n’est pas un code de conduite. Il cherche plutôt à ajouter de nouvelles dimensions à la responsabilité civique de l’entreprise en créant un cadre de valeurs– basé sur des principes universellement acceptés – pour encourager des initiatives innovantes et des partenariats avec la société civile et d'autres organisations.

Qu'implique financièrement l'adhésion au Global Compact ?

Après l'adhésion au Global Compact, deux propositions se présentent :

  • Rejoindre le réseau français, afin de bénéficier d'un accompagnement personnalisé, de pouvoir participer à de nombreuses activités, et de faire partie d'un réseau stimulant. Le participant se réfère au barème de cotisation, basé sur le chiffre d'affaires de l'entreprise, ou la nature de l'organisation. Le Global Compact France est entièrement financé par ces cotisations.

TÉLÉCHARGER LE BULLETIN D'ADHÉSION

  • Adresser une contribution volontaire de son choix à la Fondation du Global Compact à New York.
Je dirige une entreprise de moins de 10 employés, puis-je participer au Global Compact ?

En raison des contraintes administratives, les entreprises de moins de 10 employés (micro-entreprises) ne seront pas inscrites sur la base de données des entreprises participantes. Par contre, elles sont encouragées à rejoindre l'association française, qui les aidera à mettre en place une démarche de progrès, à communiquer sur leurs progrès, et leur proposera de participer à des manifestations. De plus, les micro-entreprises peuvent rester informées des activités du Global Compact par l'intermédiaire de la rubrique Actualités de notre site et notre lettre d'information.

Les filiales d’entreprises peuvent-elles adhérer au Global Compact ?

Si le Président directeur général d'une entreprise (holding, groupe, etc. ) adhère au Global Compact, en envoyant une lettre au Secrétaire général de l'ONU, le Global Compact inscrira uniquement le nom de la maison mère sur la liste, supposant que toutes ses filiales y participent. Les filiales qui souhaitent envoyer directement une lettre au Secrétaire général afin de souligner leur engagement seront mentionnées comme participantes et seront invitées à devenir actives au sein du réseau Global Compact de leur pays d'implantation. Mais la COP et la contribution financière de la maison-mère peuvent couvrir ses filiales si le bureau du Global Compact est mis au courant de l'affiliation.

Plus large initiative internationale d’engagement volontaire en matière de
développement durable
Rejoindre le
Global Compact