Principe 10

Principe 10

 

Principe 10 : Les entreprises sont invitées à agir contre la corruption sous toutes ses formes, y compris l'extorsion de fonds et les pots-de-vin.

Le dixième et dernier principe du Global Compact des Nations Unies concerne la lutte contre la corruption. Adoptée en 2004, il engage les participants à éviter la corruption, l'extorsion et d'autres formes de corruption, mais aussi à développer de manière proactive des politiques et des programmes concrets pour lutter contre la corruption en interne et au sein de leurs chaînes d'approvisionnement. Les entreprises sont également mises au défi de travailler collectivement et de rejoindre la société civile, les agences des Nations Unies et les gouvernements afin d'atteindre une économie mondiale plus transparente.

Pour Transparency International, la corruption est «l'abus de pouvoir à des fins privées". Cela peut signifier non seulement un gain financier mais également des avantages non-financiers. La corruption correspond à "Une offre ou la réception de tout don, prêt, frais, récompense ou autre avantage comme une incitation à faire quelque chose qui est malhonnête, illégal ou un abus de confiance, dans la conduite des affaires de l'entreprise ".

Les Lignes directrices de l'OCDE pour les entreprises multinationales définissent l'extorsion de la manière suivante: «La sollicitation de pots de vin est l'acte de demander ou d'inciter autrui à commettre un acte de corruption. Il devient extorsion lorsque cette demande est accompagnée par les menaces qui mettent en danger l'intégrité personnelle ou la vie privée de l'acteurs impliqués. ".

La corruption met en danger la réputation d'une entreprise, et accroît les risques : juridiques, financiers, etc. 

 

PLUS D'INFORMATIONS

Plus large initiative internationale d’engagement volontaire en matière de
développement durable
Rejoindre le
Global Compact