200 entreprises engagées dans l’initiative Science Based Targets !

200 entreprises engagées dans l’initiative Science Based Targets !

18 mois après son lancement, l’initiative Science Based Targets a annoncé que 200 entreprises s’étaient engagées à définir des objectifs de réduction de leurs émissions de gaz à effet de serre (GES) afin de s’aligner avec les données scientifiques et la trajectoire « 2 degrés » reconnue comme indispensable par la communauté internationale.

Au cours de la dernière année, plus de deux entreprises par semaine ont rejoint l’initiative, surpassant les attentes exprimées par l'inititive SBT (SBTi) et traduisant la volonté du secteur privé de contribuer à la lutte contre le changement climatique.Initiative conjointe du Carbone Disclosure Project (CDP), du Global Compact des Nations Unies, de l’Institut des ressources mondiales (WRI) et du WWF, le SBTi soutient les entreprises dans leurs démarches afin de définir des objectifs de réduction des GES ambitieux, significatifs et cohérents avec leurs activités. Dans les deux années suivant l’engagement, les entreprises doivent soumettre leurs cibles à l’équipe d’experts du Science Based Targets qui décidera de leur validation au regard de stricts critères d’éligibilité.

                                       

Aujourd’hui, les 200 entreprises engagées dans l’initiative représentent approximativement 4,8 mille milliards de dollars (USD) sur le marché. Elles sont responsables de 627 millions de tonnes métriques d'équivalent CO2 par année, soit l’équivalent des émissions annuelles de la Corée du Sud. Les objectifs de 26 de ces 200 entreprises ont été validés par l’initiative, parmi lesquels Coca Cola Entreprises, Dell, General Mills, Kellogg, NRG Energy, Procter & Gamble, Sony ou encore Thalys. Parmi les entreprises ayant vu leurs cibles récemment approuvées, on peut citer : 

  • Walmart s’est engagé à réduire ses émissions de scope 1 et de scope 2 de 18% d’ici 2025 (2015 étant année de référence). L’entreprise travaillera également à réduire ses émissions en amont et en aval des sources de scope 3 d’un milliard de tonnes entre 2015 et 2030.
  • Diageo plc s’est engagé à réduire ses émissions de scope 1 et de scope 2 de 50% à horizon 2020 (2007 étant année de référence). Sur la même période, l’entreprise prévoit aussi de réduire ses émissions de CO2 de 30% tout au long de sa chaine de valeur.
  • Verbund AG s’est engagé à réduire ses émissions de CO2 de 90% entre 2011 et 2021 (émissions de scope 1, scope 2 et scope 3 liées aux consommations de combustible et d’énergie et aux déplacements professionnels aériens).

Les Science Based Targets contribuent à l’objectif clef de l’Accord de Paris, consistant à limiter le réchauffement climatique à un maximum de 2°C. Adopté le 4 novembre 2016, cet accord a jusqu’à présent été ratifié par 110 pays, représentant 76 % des émissions globales de gaz à effet de serre.

« L’engouement que provoque l’initiative Science Based Targets prouve que le secteur privé est disposé et motivé à s’investir dans la lutte contre le changement climatique », confirme Lila Karbassi, responsable Environnement et Climat du Global Compact des Nations Unies. « Dans la perspective de l’adoption de l’Accord de Paris et des Objectifs de Développement Durables (ODD), les entreprises doivent agir dès aujourd’hui, mettre en place des stratégies alignées sur les données scientifiques et ainsi devenir un leader dans le mouvement vers une économie bas-carbone. ».

Les objectifs de réduction d’émissions ne concernent pas seulement les opérations propres de l’entreprise, mais plus largement l’intégralité de leur chaîne de valeur. Mesurer et gérer ces émissions incitent les entreprises à identifier de nouvelles opportunités, à collaborer avec les fournisseurs, à améliorer l’efficacité des produits et à repenser les réseaux de redistribution. Ces mesures peuvent avoir une incidence significative sur le climat, ainsi que sur la qualité et la valeur des produits.

Les 200 entreprises engagées, dans quelques 33 pays, représentent une large diversité de secteurs d’activités parmi lesquels l’argo-alimentaire, les transports, le pharmaceutique ou l’énergie. Parmi les entreprises qui se sont engagées dans les 6 derniers mois, on peut citer PepsiCo, HSBC Holdings, SunPower Corporation, Cisco Systems, Motorola Solutions, Mediclinic Southern Africa, Capitas Finance Limited, Legrand, Metsä Board Corporation et ADVA Optical Networking.

« Le nombre grandissant d’entreprises issues de secteurs d’activités et de zones géographiques diverses adhérant aux principes des SBT est un signe encourageant pour le climat. Le secteur privé commence à définir des cibles cohérentes ayant un impact significatif, rappelant aux gouvernements qu’il est aussi de leur responsabilité d’ajuster leurs stratégies nationales en termes de climat. » ajoute Manuel Pulgar-Vidal, directeur international Climat et Energie, WWF.

Un récent rapport du CDP en partenariat avec We Mean Business a démontré qu’en dépit du fait qu’une majorité d’entreprises avait déjà défini des cibles de réduction d’émissions, des efforts restent à fournir afin d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

« Nous avons assisté à une croissance significative du nombre d’entreprises s’engageant à définir des objectifs de réduction d’émissions basés sur les données scientifiques depuis l’Accord de Paris. Cela prouve que de nombreuses grandes entreprises se préparent à adapter leur stratégie à la trajectoire « 2 degrés » et à contribuer à la transition vers une économie bas-carbone. Cet engagement est notamment motivé par la prise de conscience des opportunités que cela induit : réduire les risques, construire la résilience et se positionner comme leader climatique. » affirme Paul Simpson, PDG du CDP. « Il est nécessaire de mobiliser le secteur privé dans son intégralité pour conforter cette dynamique. Alors que les entreprises sont responsables de 70% des émissions globales, il est fondamental qu’elles agissent dès aujourd’hui afin d’éviter de dangereuses conséquences sur le changement climatique. ».

Dans cette perspective, le Global Compact France et Compta Durable se sont également associés afin de rédiger un guide pratique ayant pour objectif de rendre plus compréhensible les sept méthodes de décarbonation proposées par l'iSBT et de mettre en avant les bonnes pratiques des entreprises engagées. Ce premier document en français, dont la publication est prévue pour début 2017, aspire également à impliquer d’avantage les entreprises françaises (et francophones) au sein de cette initiative, et ainsi à contribuer aux objectifs de l'Accord de Paris et aux ODD. 

Article basé sur la communiqué de presse réalisée par les partenaires de l’initiative Science Based Target.

 

 

 En savoir plus sur les SBT  Liste des entreprises 

Rapport 2016 du CDP et We Mean Business

 

 

Retour aux articles
Publié le 17 Nov. 2016
  • SBT